mardi 13 mars 2012

BEUVERIES DE LA SEMAINE DE RELÂCHE : DES CONSÉQUENCES NÉFASTES POUR LES ÉTUDIANTS.


Ces temps-ci, comme à chaque année, des millions d'adolescents et de jeunes adultes célèbrent la semaine de la relâche (spring break américain) en se livrant fréquemment à des abus de consommation de boissons alcoolisées. C'est un rituel printanier qui est plus dangereux qu'il en a l'air. Répété annuellement, il peut créer une dépendance à l'alcool et causer des dommages au cerveau. Selon le Collège de médecine de Baylor, aux USA, le cerveau humain continue de se développer jusqu'à l'âge de 25 ans. Boire de l'alcool avec excès (plus de quatre drinks par jour, pour les garçons; plus de trois drinks par jour pour les filles), même de façon sporadique, affecte le cortex pré-frontal. Cette partie du cerveau contrôle les impulsions et le jugement. Boire trop de boissons fortes peut retarder ou altérer le développement normal de ces facultés si importantes pour la prise de décisions raisonnables. Tous les individus ne réagissent pas de manière identique à l'alcool. Certains ont des prédispositions biologiques au développement d'une dépendance, ou, autrement dit, à l'alcoolisme.



Aux États-Unis, le niveau de consommation d'alcool est élevé parmi les jeunes adultes. Durant le spring break, des beuveries peuvent entraîner des cas d'intoxication et divers autres problèmes de santé. Selon les statistiques, l'alcool est un facteur contribuant à 50% de tous les suicides, des meurtres et des accidents de voitures impliquant de jeunes adultes. L'alcool fausse le jugement et expose les jeunes à prendre de mauvaises décisions comme : prendre le volant et conduire en état d'ébriété, monter à bord d'un véhicule conduit par un chauffeur ivre, avoir des relations sexuelles imprévues sans se protéger, commettre des actes criminels.



Devant l'importance des conséquences d'abuser des boissons alcoolisées, les parents de ces jeunes ont un rôle primordial à jouer. Ils doivent se montrer fermes envers leurs enfants, en leur expliquant clairement que boire de l'alcool est mauvais pour leur santé et le développement de leurs facultés mentales. Les parents qui croient bien faire en contrôlant, à domicile, la consommation d'alcool de leurs jeunes, se trompent. Même si leur consommation est limitée, cela envoie comme message aux jeunes que leurs parents approuvent l'acte de prendre de l'alcool. Lorsqu'ils ne seront pas sous la supervision de leurs parents, comme durant ces semaines de relâche passées à l'étranger, ces jeunes auront plus tendance à s'enivrer que leurs copains pour qui il a toujours été défendu de boire de la bière, des coolers, du vin ou des spiritueux.


Deux autres articles intéressants sur la semaine de relâche et le spring break américain :


http://clindoeilsexy.blogspot.com/2012/03/spring-break-americain-aucun-danger.html


http://clindoeilsexy.blogspot.com/2011/06/les-folies-des-collegiennes-sexy-lors.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire