samedi 14 juillet 2012

VAGUE DE CHALEUR ET DE JOLIES FILLES EN BIKINI SUR LES PLAGES AMÉRICAINES !


Après l'Afrique du Nord l'été dernier, c'est au tour des États-Unis d'être touchés par une vague de chaleur dont l'intensité est sans précédent. Dans plusieurs villes américaines comme Washington (105 ° F), St-Louis (106 °), et Indianapolis (104 °) on bat des records de température élevée. Les morts attribuables à la canicule se comptent par dizaines. Les gens, accablées par la chaleur extrême, vont au cinéma, dans les musées, dans les centres d'achat climatisés ou empruntent plusieurs fois le métro, pour trouver un peu de fraîcheur. L'autre moyen pour fuir la "fournaise" des grandes villes, où on peut faire cuire un oeuf sur l'asphalte des stationnements ou sur la tôle brûlante des voitures, c'est de courir à la plage et s'immerger sous l'eau. Les parcs où il y a des fontaines ou des jets d'eau sont aussi fort populaires. La moitié des états américains sont aux prises avec une sécheresse qui ruine les champs en culture et met à rude épreuve le bétail des plaines du mid-west. La chaleur torride tord même les rails de chemins de fer, ce qui a causé le déraillement partiel d'un train de métro à Prince George's County, dans l'état du Maryland. Heureusement, personne n'a été blessé...



Comme si cette situation, qui perdure de façon inhabituelle, n'était pas suffisante, la chaleur très humide a rencontré des masses d'air plus froid, ce qui, à certains endroits, a provoqué des tempêtes de vent ou des orages courts, mais violents. Résultats ? Des arbres ou des branches cassés ont touché des fils électriques, ce qui a causé des pannes de courant, et bien d'autres ennuis. Sans électricité, pas moyen de faire fonctionner l'air climatisé pour combattre la vague de chaleur qui a repris de plus belle. Certaines personnes imprudentes comme Gene Autry Pryor, 52 ans, de Aurora, dans l'Illinois, ont eu la mauvaise idée de boire trop d'alcool et d'aller se baigner dans la rivière Fox. Les amis qui l'accompagnaient l'ont perdu de vue, avant de voir flotter son corps inerte, quelques minutes plus tard. Pryor est décédé dans la soirée... Les personnes qui travaillent dehors, ou dans des endroits déjà chauds d'avance, comme les boulangeries, étaient parfois à la limite de l'évanouissement. D'autres se sont procurés des cubes de glace, et ont fait fonctionner un ventilateur derrière, pour se rafraîchir. Les amateurs de golf devaient se lever très tôt le matin pour pratiquer leur sport préféré. Déjà, à six heures A.M., c'était crevant sur les verts !



Pendant ce temps sur les plages, les badauds pouvaient se rincer l'oeil, avec toutes ces jolies filles en bikini, qui, avec leurs courbes superbes, changeaient diamétralement la topographie de ces lieux...normalement plats ! Hum... Ne nous laissons pas emporter ! Les créatures de rêve sont de moins en moins nombreuses sur ces étendues de sable chaud. Aux USA, l'obésité et le diabète de type 2 font de plus en plus de ravages. Ce sont des montagnes de graisse et de cellulite qui envahissent plutôt les berges des lacs ou le bord des océans. Après la création du bikini en 1946, par l'ingénieur français Louis Réard, ces minuscules costumes de bain ne furent pas adoptés par tout le monde. Bien au contraire ! La religion et les bonnes moeurs de l'époque condamnaient ou restreignaient son usage. À la fin des années 1940, seules les femmes appartenant à la classe supérieure de la société, le portaient parfois. Il était alors inconvenant, voire scandaleux, de dévoiler autant son corps, surtout...le nombril ! Plus tard, dans les années 1950 et 1960, certains esthètes ont fait campagne pour que le bikini soit réservé uniquement aux femmes possédant une belle silhouette. De nos jours, la promotion d'un tel idéal serait impossible. Le bikini est devenu, dès les années '60, un symbole de la libération de la femme. Sa popularité se constate dans le chiffre des ventes qui atteint plus de 820 millions de dollars par année... Sans compter le surplus de crème à bronzer nécessaire pour protéger toute cette peau mise à nue...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire