mardi 9 octobre 2012

AHHHH !!! CES EXCITANTS CALENDRIERS DE FILLES SEXY !


Cela dépend de votre tempérament et du lieu où vous étiez quand c'est arrivé.  L'âge que vous aviez à ce moment-là importe également, ainsi que l'éducation que vous aviez reçue et la façon dont vos parents vous ont élevés.  La religion, les us et coutumes de la société, et l'air du temps ont sûrement influencé votre réaction lorsque cet évènement est survenu.  Je veux parler de la première fois que vos yeux ont croisé un calendrier mural exposant de grandes photographies en couleurs ayant pour sujets des filles en bikini ou complètement nues...  Selon les conditions que je viens d'énumérer, vous avez ressenti un choc ou de la gêne.  Vous avez été décontenancés ou intrigués.  Vous avez ri ou rougi.  Vous avez été amusés ou excités de la découverte que vous veniez de faire.  Si ce genre d'aventure est presque banal de nos jours, tellement l'hyper-sexualisation a fait son oeuvre, c'était tout le contraire dans les années allant de 1960 à 1980.  Si à cette époque, vous aviez entre huit et douze ans, vous étiez encore dans l'innocence de l'enfance et vous étiez à cet âge où on est curieux et où on pose des tas de questions.



Votre premier calendrier de filles sexy ou toute nues vous est possiblement "tombé" dessus par un bel après-midi d'été, durant les vacances.  Ce jour-là, vous aviez harcelé votre père afin de pouvoir l'accompagner chez le mécanicien, au garage où il devait aller pour faire réparer le véhicule familial.  Sachant que vous étiez passablement turbulent et que vous aviez la fâcheuse habitude de fouiner partout quand vous découvriez une nouvelle place, votre paternel ne voulait pas vous amener avec lui, mais il avait fini par céder à votre demande mille fois répétée.  Rendu à l'atelier de mécanique, vous aviez vite fait de confirmer les appréhensions de votre pauvre papa.  À peine entré dans le garage, au milieu du bruit des outils et des effluves d'huile à moteur, vous vous étiez mis à crier et à courir partout !  Après avoir été sévèrement réprimandé par votre père, vous aviez fini par vous tranquilliser et par vous asseoir dans la salle d'attente, qui ressemblait davantage à un bout de couloir rempli de courants d'air, de poussière et de divers objets hétéroclites plus ou moins graisseux.  



Une fois assis, vous aviez joué au bon petit garçon bien sage.  Mais ce n'était qu'un leurre...  Dès que l'on vous avait oublié et que votre papa s'était absenté pour aller aux toilettes, vous aviez galopé en direction de l'arrière de l'atelier.  Vous aviez pénétré alors dans une zone où les clients ne sont normalement pas admis.  C'est alors que le choc s'était produit !  Vlan !  Vous étiez arrivé "face à face" avec cette blonde pulpeuse au corps nu, qui dévoilait des charmes qui vous étaient inconnus, sur cet immense calendrier qui ornait le mur devant vous.  Vous en étiez resté bouche bée et fortement impressionné, jusqu'à ce que votre père en colère vous attrape par le collet en vous grondant et en vous condamnant à ne plus l'accompagner nulle part, à l'avenir...

Évidemment, en Amérique, il y a 40 ou 50 ans, vous n'auriez pas vu de tels calendriers dans tous les garages de mécanique automobile.  Surtout pas à la campagne où oser arborer de telles "cochonneries" aurait fait scandale et aurait constitué un péché mortel.  Le propriétaire fautif, de cet objet de tentation, aurait été stigmatisé par les membres du clergé catholique de la paroisse.  Mais à la fin des années soixante, avec l'avènement des hippies et de l'amour libre, ces calendriers, jadis "honteux", mis sur le marché par des compagnies comme PLAYBOY, PENTHOUSE ou PIRELLI, se répandirent un peu partout et en grandes quantités.  Les calendriers Pirelli, avec leurs photos de filles nues dont les parties intimes étaient parfois cachées par...un pneu, étaient fort populaires chez les garagistes !



Puis, au début de la décennie 1990, on a assisté à une prolifération incroyable de ces affiches pornographiques indiquant les mois et les jours de l'année, bien que ces "détails" étaient bien secondaires...  Afin d'amasser de l'argent pour des causes sociales, des oeuvres de charité ou pour aider à combattre des maladies, des personnes appartenant à divers groupes ont voulu attirer l'attention en se faisant photographier dans leur plus simple appareil et en vendant au grand public, sous forme de calendrier, le produit de leur "audace" ou de leur exhibitionnisme.  Des équipes féminines de sports ont aussi employé ce moyen plutôt radical pour financer leurs activités.  Bientôt, des artistes, des célébrités, des athlètes renommés, des pompiers, des militaires et même des membres des forces policières ont laissé tomber les vêtements pour se joindre à ce vaste mouvement "nudiste".  Mais cet "effeuillage" de personnes de tous genres au corps souvent pas très photogénique, ne plait pas à tout le monde.  Les calendriers présentant des clichés trop explicites, peu professionnels ou de mauvais goût n'ont pas eu la faveur des acheteurs.  Ces derniers se rabattant plutôt sur des produits au contenu "artistique" et/ou humoristique.




De fait, les calendriers qui mettent en vedettes des filles sexy, en tenues de plage ou en lingerie, dans des décor exotiques, ont davantage la cote auprès des "consommateurs".  En matière de contenu sexy, mieux vaut suggérer que tout dévoiler.  Mieux vaut laisser une bonne place à l'imagination du "voyeur"...  À ce chapitre, les calendriers des cheerleaders de diverses équipes de sports comme celles de la Ligue Nationale de Football (NFL) sont des exemples parfaits.  De telles initiatives font d'une pierre trois coups.  Elles font la promotion du club; l'argent qu'elles rapportent est versé partiellement ou en entier à des oeuvres communautaires; et elles font les délices des amateurs de football.  On était habitué aux calendriers de meneuses de claques en bikini, mais l'organisation des Bengals de Cincinnati (NFL) a poussé le concept un peu plus loin en demandant à leurs filles de porter plutôt de la lingerie fine.  Le résultat est assez probant merci ! (photo ci-dessus)



Les Pom-Pom girls des Dolphins de Miami (NFL - ci-dessus -) n'ont pas encore troqué le costume de bain pour les sous-vêtements faits de broderies et de dentelles, mais cela ne les empêche pas de resplendir dans les pages de leur calendrier annuel.  Elles sont déjà éblouissantes dans leur uniforme de cheerleaders, mais elles sont encore plus charmantes et séduisantes en bikini, quand des photographes professionnels exercent tout leur talent et leurs artifices pour mettre en valeur leurs courbes affriolantes et leur silhouette de déesses.  Le décor enchanteur des contrées du Sud, dans lequel ils s'exécutent, ne nuit pas non plus à leur art.  Le diaporama ci-dessous en donne un bon aperçu...
          

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire